À PROPOS DE NOUS

Un peu d'histoire... et profession de foi théâtrale

La Théâtre du Cours,
théâtre d’humour, emblématique et historique de Nice depuis 1988,
est depuis le 1er avril 2019, co-dirigé par Annie AMBROISE
et Sébastien CYPERS (Phénix Comédie).

insta 3E4A3198_edited.jpg

Annie Ambroise

Pour la petite histoire, à la fois si petite et si grande ...  

Annie, a foulé les planches des théâtres, depuis  toute petite, que ce soit en classes de conservatoires, au théâtre Jean Vilar de Saint-Quentin durant sa jeunesse, aux Etats-Unis école d’art (théâtre et danse) ou au théâtre de Denain beaucoup plus tard.

Grâce à de nombreux cours de danse et de théâtre aussi bien classiques que contemporains, elle a vécu une vie d'apprentie-comédienne-danseuse bien remplie avant de devenir la directrice de théâtre et professeur de conservatoire au répertoire classique (très classique) qu’elle est aujourd’hui.

 

Artiste enseignante en art dramatique depuis 1996 dans les Hauts de France, Annie se retrouve en 2009 au Conservatoire de Saint-Laurent du Var.

 C’est alors qu’elle découvre les petits théâtres niçois « à taille humaine ».

 

C’est en 2013/2014 qu’elle croise pour la première fois Sébastien à l’endroit même qu’elle dirigera quelques années plus tard… Annie jouait dans "Café corsé" de Sophie Satti (une comédie un peu moins classique).

Quelques années plus tard, en Mars 2016 ils se retrouvent dans un autre théâtre Niçois. Annie mettait alors en scène "Un drôle d'héritage" de Lilian LLoyd,  une comédie contemporaine à l’humour sombre.

En Mai 2016 Annie interprète alors pour la première fois Elodie dans "JAMAIS LE PREMIER SOIR » une pièce à l’opposé de son répertoire classique et pourtant qu’elle interprète encore aujourd'hui avec un immense plaisir.

Elle jouera aussi dans “Mars et Vénus”, ”Il n’y a pas que les écureuils qui aiment les glands” toujours écrites et mises en scène par Sébastien, puis dans d'autres pièces, dans d'autres théâtres de la ville, puis de villes en villes jusqu’à jouer à Avignon, plusieurs festivals et des tournées en compagnie de Sébastien sous l’égide de Phénix Comédie.

 

Sébastien Cypers

Sébastien est un "Niçois - Cagnois" d’adoption, après 15 ans passés à Paris et quelques étapes passant par Alès Avignon, Nantes...

Sébastien est avant tout normand, fils d’une mère assistante maternelle et d’un père ouvrier en métallurgie. Il a résidé toute son enfance au Havre.

Il écrit sa première pièce "Ma Providence" en 1997 qui jouera au Théâtre Traversière à Paris.

Sébastien ne s’arrêtera plus d’écrire et de développer ses idées puis de les concrétiser en poussant ses rêves de création jusqu'à créer ou reprendre des lieux à Paris, Alès, Avignon, Nantes et Nice toujours animé par cette passion chevillée au corps.

En 2001 il transforma une ancienne boulangerie en théâtre lui donnant le nom de

"La Providence" et c’est le début d’une grande aventure

​ Il sera le premier à faire jouer les Gaspard Proust, Jeremy Ferrari, Kyan Khojandi, Kheiron, Mathieu Madenian, Guillaume Meurice, Lamine Lezghad (Naïm), Tony saint Laurent, Majid ( futur Lascar gay), Waly Dia… entre autres…

Suivront les deux pièces "Mars et Vénus" et "Ma femme me prend pour un sextoy" écrites la même année, qui 15 ans après sont toujours à l’affiche…

Il est aussi l’auteur de "Aladin",  "Jamais le premier soir", "Le monstre au bois dormant", "Les fourberies de Chaplin", "20 ans de réflexion", "Scènes de Ménage", "Amour tactile", "Couple en Travaux"…

Ses 2 dernières créations "Jeune femme de 30 ans cherche... une bonne excuse" et “Mars et Vénus en toute intimité” ont été créés respectivement au THEATRE DU COURS en début d’année 2022 tout comme "Jamais le premier soir" neuf ans auparavant dans le même lieu.

16 Festival Avignon Off au compteur, ses spectacles ont joué au Paris, Le Palace, La Tache d’Encre, Le Ballon Rouge, Le Capitole, Le Laurette Théâtre, Le Paradise République depuis 2001.

Il est le président de Phénix Comédie, sa compagnie qui détient les droits de ses oeuvres et diffuse ses spectacles partout où ils sont demandés.

MV2  SC solo habillage 2.jpg
 
 

Année après année, le mot d'ordre est toujours le même dans ce haut lieu niçois : Café-théâtre, comédies contemporaines, création, jeune public... et du rire !!! 

C’est un lieu idéal pour se divertir, terrasses, bars et restaurants du Cours Saleya à proximité du théâtre vous permettront de poursuivre votre soirée théâtre au cœur de la vieille ville.

IMG_2582.HEIC

Alors, vous venez ?

Il tient à cœur au Théâtre du Cours de prouver que la création peut se faire aussi à Nice. Nous pensons que nos auteurs et nos artistes méritent d'avoir une visibilité annuelle et locale avant de conquérir Paris, Lyon, Perpignan... ou Avignon. Notre but est d'offrir à notre public une expérience artistique et émotionnelle inoubliable.

La petite histoire...

Février 2019


L’heure du grand chamboulement !

Annie venait de jouer "Jamais le premier soir" à Paris, et reçoit un coup de fil de Sébastien : "Le théâtre du Cours à Nice cherche un repreneur" !

Excitation, négociation, rendez-vous pris...

Le rêve de petite fille d’Annie  était en train de devenir réalité...

 

« Le plaisir de jouer, toujours et toujours, quelquefois jouer au-delà de soi, de son corps qui souffre pour le plaisir d'apporter le sourire, le rire sur les lèvres des spectateurs… Oh oui ! Merci Papa pour ta force inculquée toute petite, Merci Maman d'avoir cru en ce projet. »  Annie Ambroise

 

Complémentarité, discussions, négociations, rires, silences, clashs entre Annie et Sébastien, avec les comédiens aussi, complicité aussi sur le plateau. Trouver sa place, garder sa place, aller au maximum de ses capacités ! La vie, quoi ! Parce que le théâtre c’est la vie, que c’est un art vivant.

Parce que, sur le plateau, les spectateurs respirent en même temps que les comédiens.

Et que nous avons tous ”notre vie”, notre caractère aussi, nos forces, nos faiblesses…Les coups de sangs, les coups de cœur, les coups de poignards, les cris d’amour….les non dits….les silences…Tous ces maux sont transmis avec détournement, délicatesse,  rires et sourires…

C’est en ça que le théâtre du Cours puise encore et toujours sa force et son énergie.